Journées du Patrimoine 2016

L’accessibilité au patrimoine culturel peut se faire par plusieurs moyens, physique ou
autres. Il est vrai que, aujourd’hui, les technologies modernes permettent un accès
pour le moins virtuel aux richesses architecturales, archéologiques, archivistiques et
audiovisuelles qu’un pays peut offrir.

Mais le genius loci joue toujours un rôle prédominant pour la découverte et la
compréhension du patrimoine bâti. C’est la raison pour laquelle le Ministère de la Culture
et le Service des sites et monuments nationaux, mais aussi beaucoup de communes,
ont entrepris des démarches pour rendre ce patrimoine accessible physiquement au
plus grand nombre, donc aussi à des personnes dont la mobilité est réduite. Aussi, ces
dernières peuvent-elles désormais visiter en grandes parties plusieurs Châteaux, dont
celui de Clervaux, le Château d’eau à Dudelange, ainsi que de nombreuses églises. Des
projets de mise en valeur devant renforcer l’accessibilité sont en cours, dont celui au
Château de Koerich et qui est représenté par une simulation en couverture de cette
brochure.

Si, pour d’aucuns, pas assez n’a été fait ou projeté pour renforcer cette accessibilité au
patrimoine, d’autres rétorqueront que la substance bâtie, authentique et précieuse, est
trop sensible pour y voir installer un peu partout des rampes et des ascenseurs. C’est
un débat avec des arguments parfois en opposition et des points de vue qui peuvent
diverger. Comme souvent, tout le monde peut avoir raison car tous ne défendent pas
les mêmes intérêts.

Avec ses expositions, ses visites guidées, ateliers et conférences, les Journées du
Patrimoine 2016, qui s’inscrivent pleinement dans les Journées européennes du
Patrimoine, veulent alimenter ce débat et donner quelques réponses. Car le patrimoine
culturel qui appartient à nous tous, doit être à la disposition du plus grand nombre.

Informations aussi sur la page thématique: www.culture.lu

Dernière mise à jour