Château Renaissance à Beaufort

Nouveau château de Beaufort: histoire et personnages

Le Château Renaissance de Beaufort a été érigé en amont du château médiéval, dans le vallon de la Haupeschbach. Depuis sa construction en 1649, le nouveau Château a été toujours une résidence des propriétaires. Jamais, il ne fut ouvert au grand public.

A la mort en 2012 de la dernière occupante, Madame Anne Marie Linckels-Volmer, le Ministère de la Culture a pris l'initiative d'ouvrir le château au public pour des visites guidées, ceci avec l'aide du Service des sites et monuments nationaux et des Amis des Châteaux de Beaufort. Depuis 1981, tout le site est propriétaire de l'Etat.

Le Château Renaissance a, par chance, jamais connu de grands dégats. En dehors de quelques ajouts et transformations mineurs, ce patrimoine est resté plus ou moins intact depuis 360 ans. Il est l'oeuvre d'un grand Luxembourgeois, Jean Baron de Beck, né en 1588 à Luxembourg-Grund en tant que Jean Beck, fils d'un coursier de Saarbourg. Issu d'une petite famille, Beck a connu une carrière militaire fulgurante, qui, à son tour, lui a procuré tous les honneurs.

En vertu de ses succès militaires et de sa grande loyauté, le général Jean Beck fut, en date du 18 avril 1637, fait baron par le roi Ferdinand III. Peu après, il prend la direction des troupes du Duché de Luxembourg, installées en dehors des villes, et il prendra temporairement le pouvoir civil et militaire du Duché. En janvier 1642, Beck devient le gouverneur civil du Duché de Luxembourg. Il occupa ce poste jusqu'à sa mort en 1648. Ce fut le seul Luxembourgeois, au vu du territoire actuel du pays, qui exerça cette fonction.

En 1639, Beck acquit 2 seigneureries: Heisdorf et Beaufort.

Beck fut un général et un gouverneur très actif. Il ordonna le renforcemant et l'élargissement de la fortification de la Ville de Luxembourg. En 1644 y furent érigés plusieurs bastions, parmi lesquels le bastion Beck (où se trouve actuellemt la place de la Constitution et la Gelle Fra) et qui porte aujourd'hui son nom.

Le début de la construction du Château Renaissance de Beaufort est estimé en l'an 1643.

L'inscription "1648" sur une clé voûte dans l'aile Est du château indique que les travaux y furent achevés dans l'année-même du décès de Jean Beck. Une autre inscription "1649" sur l'entrée Ouest du château, à côté de l'armoirie Beck-Cpaelle, renseigne sur la finition des travaux.

La carte Ferraris de 1771/78 montre les contours approximatifs du site. On y voit les quatre cotés et les jardins.

L'ingénieur militaire Isaac von Treybach, un étroit collaborateur de Beck, est l'architecte présumé du Château Renaissance.

Beck mourut avant l'achèvement des travaux qui furent donc accompagnés par sa veuve et son fils.

Au cours des décennies et siècles prochains, le site des châteaux de Beaufort connut entre autre les seigneurs suivants: Jean Georges Baron de Beck, Eugène-Albert Baron de Beck, Pierre Coumont, Jean-Théodore-Guillaume Baron de Tornaco de Vervoz, Charles Alexandre Comte de Liedekerke-Beaufort, Charles et Henri Even, ainsi que Anne Linckels-Even.

En 1928, Edmond Linckels devint nouveau propriétaire. Il a fait débarrasser la ruine médiévale de tous ces débris et ordonna des travaux de consolidation. C'est en 1932 que la ruine fut ouverte au public. M. Linckels entama d'autres travaux de restauration et d'entretien aux châteaux.

Depuis 1930, il entreprit la fabrication d'une liqueur régional appelée "Cassero", qui de nos jours est toujours produite dans les caveaux du château.

En 1934, Edmond Linckels épouse Anne-Marie Volmer, née en 1914 à Berlin comme fille du président du Kammergericht de Berlin, Max Joseph Volmer et Marcelle Schwartz, qui avait comme grand-mère Anne-Catherine Even de Beaufort.

Le fils du couple Linckels-Volmer, José, né en 1936 est mort en 1989; il n'a pas eu d'héritiers.

Au cours de l'offensive des Ardennes en 1944-45, le nouveau château connut des dégâts mais qui furent vite réparés. Juste avant la fin de la Guerre, la famille Linckels-Volmer est évacuée et le château fut occupé par des soldats. A ce moment, les archives du château furent éparpillées. A leur retour en 1945, le bétail appartenant au domaine du château, faisaient en sorte que les enfants de Beaufort furent approvisionnés en lait frais. Le domaine agricole du château fut abandonné en 1964 et les terrains agricoles furent donnés à bail. Edmond Linckels, qui fut aussi le président du Syndiact d'Initiative de Beaufort et qui s'engagea fermement pour le développement du tourisme dans la localité, mourut en 1975.

Sa veuve géra alors le site qui fut vendu à l'Etat du Grand-Duché de Luxembourg en avril 1981. Madame Linckels obtenait une rente viagère ainsi que le droit de jouissance et d'occuptation du Château Renaissance. Anne-Marie Linckels-Volmer s'engagea dans l'intérêt de la communauté locale notamment comme présidente des Amis de l'ancien château, en tant que membre des Amiperas de l'Amicale et de la Commission culturelle. C'ent en 2009 que le Grand-Duc Henri lui conféra l' "Officier de l'Ordre grand-ducal de la Coronne de Chêne".

Madame Linckels, ainsi que ses collaborateurs, entama toute digilence pour entretenir la ruine et la Château Renaissance d'après les critères d'une bonne conservation du patrimoine, ceci notamment pour léguer ce patrimoine à des générations futures.

Anne-Marie Linckels-Volmer est morte le 8 août 2012, à l'age de 97 ans. Elle fut donc, pendant 37 ans, après la mort de son époux, la dernière Dame du Château de Beaufort.

Madame Linckels a laissé à l'Etat Luxembourgeois, tout comme au large public, "son" Château Renaissance dans un état impeccable. Ainsi, c'est encore son héritage qui nous a été transmis. Tous les intérieurs du Château sont restés en l'état tel que laissé par Madame Linckels.

.

Dernière mise à jour