Restauration des tours médiévales et de l'enveloppe du 18e siècle au plateau du Rham

S'il ne reste plus rien du passé gallo-romain ainsi que de l'habitat médiéval sur le plateau du Rham, les témoins du passé militaire par contre sont encore bien présents.

Pas moins de 5 casernes militaires ont été construites sur ce plateau qui domine la vallée de l'Alzette et le faubourg du Grund. Après le siège de 1684, l'ingénieur militaire Vauban fit ériger les quatre premières casernes du Rham pouvant loger environ 1.760 hommes à condition de compter de deux à trois hommes par lit, c'est-à-dire, un homme au lit, un homme en service, et un homme hors service. Ainsi, 700 à 880 lits étaient donc disponibles dans ces casernes, à la fin du XVIIe siècle

Deux siècles plus tard, les Prussiens construisirent la cinquième caserne directement derrière le mur d'enceinte du Rham. Cette nouvelle caserne massive, d'une longueur de 75 m, était bâtie de manière à résister aux chocs des bombes d'artillerie.

L'époque militaire du Rham révolue, un orphelinat fut aménagé dans les bâtiments. En 1893, ce dernier fut transformé en maison de retraite pour personnes démunies et âgées. C'est aussi à partir de cette date que la cuisine militaire du Rham (1827), grand bâtiment qui fait face au château d'eau octogonal extérieur, datant de 1843, fut peu à peu transformé en chapelle et en salle des fêtes pour les pensionnaires. Aujourd'hui encore, les bâtiments du Rham, anciennes constructions militaires du XVIle siècle et du XIXe siècle, sont utilisés en tant que maisons de retraite qui font toutes partie de l'Hospice du Rham.

La maison du fontainier constitue un autre édifice original du Rham. Cette maison, perchée sur les falaises du plateau, au dessus du faubourg du Grund, a été construite en 1843 en même temps que le château d'eau. Aujourd'hui, l'ancienne maison du fontainier, surnommée "Arche de Noé" par les gens du quartiers, est occupée par des particuliers.

D'un point de vue architectural, le plateau du Rham constitue un ensemble exemplaire qui témoigne du passé militaire de la Ville de Luxembourg. Ici, plus qu'ailleurs, les constructions du Rham témoignent de l'influence de la garnison dans l'urbanisation de la ville et dans la vie de ses habitants.

Les 3 tours médiévales construites en demi-lunes, ainsi que la tour Orth (près de la voie ferrée) et la contrescarpe avec le chemin "Kanounewee" ont été restaurées par le SSMN. Les travaux actuellement en cours comprennent la restauration du Ravelin et du chemin souterrain qui mène de la paterne au magasin à poudre. Ces secteurs font désormais partie du circuit Wenzel qui a connu donc une extension sur le plateau du Rham (dépliant circuit Wenzel). De même, une tour médiévale est accessible au public, ceci afin de lui permettre une vue extraordinaire sur la Ville.

Dernière mise à jour